• Branche culturelle

Café Canopée 1er mai - Création en compagnie de Didier Bonaventure

Dernière mise à jour : 27 avr.

Dimanche le 1er mai 2022 13 h à 16h


Créer avec Didier Bonaventure

Réveillez l'artiste en vous!


Espace culturel Saint-Gilles

562, route des Outaouais, Brownsburg-Chatham (secteur Cushing) J8G 1V2

dons volontaires


Didier Bonaventure expose à l'Espace culturel Saint-Gilles "De l'Art pour l'Art? Transgression" du 2 avril au 31 août 2022 Vernissage le 30 avril de 14h à 18h - L'artiste promet de l'action!


Le 1er mai, l'artiste vous invite à créer dans le cadre du Café Canopée.


Apportez: objet qui vous est cher, outils pour gratter (brosses à dent, éponges, couteau, fourchette, spatues, etc.), de vieux canevas à recycler, des photos de magazine, des gravures.


Matériel fourni: peinture à l'acrylique et toiles à découper


Prévoyez des vêtesments sports ou des tenues de travail pour ne pas salir, certes, et pendant les jeux de relaxation pour pouvoir s'allonger à terre éventuellement. :-)





Les participants auront le plaisir d'entendre la musique de Françoise Tardy pendant la création. Et si vous désirez vous déplacer pour écouter la musique et regarder les artistes à l'oeuvre, c'est aussi permis! :-)


Après ses études au Conservatoire de St-Étienne (France), Françoise Tardy poursuit ses études à Ottawa en lettres françaises et en théâtre et à Montréal en traduction et en éducation. Elle fera du Québec sa terre d’adoption et se dédiera à l’enseignement pendant plus 30 ans. Depuis une dizaine d’années, elle revient à ses premières amours, la guitare classique. Elle participe à des stages et des classes de maîtres, elle joint la classe de guitare du Cégep Lionel Groulx et n’a de cesse d’améliorer sa technique et maîtrise de l’instrument. Cet après-midi, Françoise partage avec plaisir son répertoire dans un contexte de créativité artistique.


Infos sur l'atelier du Café Canopée : 450 495-8022 | brancheculturelle@outlook.com

Infos sur l'exposition: www.espaceculturelsaintgilles.com | 579 791-0551

De l’Art pour l’Art? - « Transgression »


En ces temps où l’art, plus que jamais, s’échange plus qu’il se vend; où les talents sont nombreux, la quantité d’oeuvres et d’artistes toujours plus riche, on pourrait se demander ce qui motive encore un artiste pour faire ce qu’il fait. On pourrait aussi, comme artiste, se questionner sur l’utilité de nos productions, ce qui nous pousse et pourquoi nous faisons ce que nous faisons, malgré le fait que peu d’entre nous, talentueux ou pas, vendront ou même exposeront ce qu’ils produisent. Oui, on peut se poser des questions.


Des questions qui, pour ma part, me taraudent l’esprit, encore, toujours. Et un doute m’habite, toujours, encore. Même si, une force venant de je ne sais où, ce besoin de faire, de dire, de crier, de créer, me demande d’avancer, de faire et de montrer ce que je fais. Ce qui, j’en conviens, peut paraitre futile.


Alors sur ce thème et pour résultat, voilà une exposition que je vous invite à parcourir; où j’ai tenté, importe peu le médium choisi, d’exprimer ce que je ressens.

À vous de voir donc, de vous faire un avis, une opinion. À vous de prendre ce qui vous intéresse ici ou là, de vous faire plaisir… j’espère.

Artistiquement, merci pour votre visite

Didier


Biographie de Didier Bonaventure

Didier est né à Paris, France. Naturalisé, Il a choisi de vivre et de travailler au Québec depuis 1990.


C’est vers l’âge de 16 ans que Didier découvre l’art dans la cuisine de ses parents. Sans trop comprendre ce qu’il fait, il est en train de réinventer ce que les Dadaïstes et les Surréalistes ont fait avant lui dans les années 1910. Il découvre essentiellement l’écriture et le dessin automatique. En fait, il entrevoit surtout son besoin de s’exprimer par l’art.

Depuis son enfance et ces années passées à La Celle-Saint-Cloud (France), c’est en autodidacte qu’il va s’initier à l’art en général et plus particulièrement à la photographe, au dessin, puis à la peinture. Plus tard, il ajoutera à ses besoins des installations et des performances réalisées en « live ».


Pour la peinture, son premier choc fut de voir celles de la mère de ses camarades de jeux, une peintre d’origine Russe, Natacha Kozine. Oeuvres qu’il trouvait, comment le dire, grises, à cette époque, mais surtout qu’il ne comprenait pas. Plus précisément, et le souvenir est très fort, ce fut à cette époque, alors qu’il pouvait avoir 10 ou 12 ans, qu’il se posa pour la première fois ces questions essentielles: « Qu’est-ce que l’art? Qu’est qui est art, de ce qui ne l’est pas? » Etc. Questions qui le taraudent toujours, 50 ans plus tard et qui n’ont toujours pas trouvé de réponses satisfaisantes à ses yeux.


Artiste qui utilise la photographie, la peinture et des objets pour exprimer ce qui vient, il aime rappeler qu’il ne se considère ni comme un peintre, un photographe, un sculpteur ou un performeur, mais comme un artiste qui utilise la peinture, un appareil photo ou tout ce qu’il trouve pour exprimer ce qu’il peut.


Depuis 1977, Didier a participé à de nombreuses expositions dans toutes sortes de lieux et dans plusieurs pays et dans des lieux inusités qu’il affectionne particulièrement, comme des librairies, des bibliothèques, le hall d’un hôtel de ville, une maison des jeunes, des cafés, des restaurants, des lieux désaffectés, mais aussi dans des centres culturels et des festivals.


Enfin, depuis 2012, il travaille chez lui, à Sainte-Brigitte-de-Laval, Québec dans un lieu qui contient un espace galerie et son atelier de travail. Un lieu qui lui permet, de s’étaler mais surtout de pouvoir à plein temps consacrer tout son temps à son art, à sa production.


Norma Yaccarini






#cafécanopée #didierbonaventure #acrylique #peintureabstraite #création

14 vues0 commentaire